ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 74 - Message du bord

Avant hier c'était le cap Horn, aujourd'hui les Malouines. Je ne devrais plus tarder à voir apparaître à l'horizon une île. Ou plutôt des îles.

Entre un champs de mines d'algues énormes qui arrêtent le bateau net, les grains de 35 noeuds avec de la grêle et la molle, on commence à sentir petit à petit la chaleur. Mais l'océan nous fait encore comprendre que le Sud n'est pas 100% fini.

Après le Horn, j'ai pris un option assez Nord, assez directe. Je ne voulais pas m'égarer de l'objectif qui est de remonter au pus vite, j'ai donc coupé entre la terre et l’île des États, dans un bon 45/50 noeuds de vent. Et d'une minute à l'autre, on me coupait le ventilo. Depuis, je galère un peu !

Je devrais avoir du vent pendant deux jours avant de rentrer dans des zones compliquées. Je cherche un endroit de passage avec du vent, mais je n'ai pas envie de doubler ma route en distance pour autant. Surtout que le vent pourrait ne pas être au rendez-vous. Je vais essayer de monter jusqu'à Mar del Plata, sur la route la plus Nord possible, je verrai après.

Même si il ne fait toujours pas très chaud, c'est agréable de prendre le café dans le cockpit sous un rayon de soleil ! De ne plus avoir cette houle énorme, mais une jolie petite mer qui a touché terre avant de venir nous retrouver en mer…

Facebook Slider
Facebook Slider