ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 72 - Message du bord

Hier soir, le GPS affichait moins de 100 milles pour le cap Horn, après une longue journée de bataille à faire avancer le bateau dans des vents inconstants et une mer très agitée. Aujourd’hui sera un grand jour dans ma vie de marin, ma vie de gamin qui a toujours rêvé de Vendée Globe. Je me retrouve là, à la fin de ce grand Sud, avec de nouveau une météo très compliquée à comprendre, mais la récompense est juste là, droit devant moi. 

Je suis presque au niveau de Newport US, ville d’arrivée de ma qualification. C’est drôle mais du coup, j'aurai déjà tourné autour du globe en solitaire ce soir.  Dans une dizaine de jours, je croiserai mon sillage pour boucler la boucle, mais c'est déjà une grande fierté ce soir.

Le cap Horn risque d'être comme sur les vidéos que l'on montre en école de voile, pour montrer au enfants ce qu'est la mer quand elle se déchaîne.  Au fond de moi, même si ça ne me réjouit pas forcément de reprendre du gros temps (surtout aussi proche de la terre), je me dis que j'aurai vraiment vécu le Sud comme on se l'imagine. Dur, fatigant, avec grosse mer, tempêtes, avaries, etc. Je pourrai rentrer la tête haute chez moi et pouvoir un jour je l’espère, raconter cette aventure à mes gosses, qu'ils transmettront ensuite à leurs enfants. J’adore ce que je fais, c'est ma vie, j'ai galéré pour en arriver là et cette fois, mon histoire s'écrit. Un homme, un bateau, et trois océans.

Demain sera le jour où je pourrai dire : « Ouais, je l'ai fait ! Je peux pisser au vent ! » 

Je suis fier et heureux d'avoir, avec mon équipe, réussi à arriver là. D’avoir réussi, simplement. Réussi à écrire une histoire avec ce merveilleux bateau, une histoire qui fait rêver les gens, une histoire que j'ai rêvé pouvoir écrire un jour. Ramener la Bigoudène dans l'océan où elle a été mise à l'eau, là où j'ai grandi.

Horn, tu fais rêver les marins,
Tu fais peur à certains,
Quand le vent glacial de ton océan austral,
Laisse parmi les albatros se faufiler une larme.
Larme de joie, larme de bonheur, 
Cette aventure restera gravée dans mon coeur.
Si je regarde à l'horizon, 
Dans quelques semaines, ce sera un bon steak-frites maison.

Facebook Slider
Facebook Slider