ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 63 - Message du bord

Heureuse et fière, La Fabrique a repris sa route à 100%. Il reste encore des bricoles, mais qui n'empêchent pas la marche du bateau. Toutes voiles dehors, une mer lisse, un soleil comme on n’en a pas vu depuis bien longtemps et un Jacques Brel, « Port d'Amsterdam », pour vivre ce moment jouissif.

Après avoir passé une bonne partie de la journée en fond de cale hier, avec de la colle, et de la fibre de cabrone, je suis assez content de ce que j'ai fait ! Mais ce qui me rend le plus heureux, c'est d'être toujours là, toujours en course.

J'ai profité du petit temps pour reprendre des forces : du repos et manger correctement. Aujourd’hui, le bateau et moi sommes repartis pour un tour, encore plus énervés, encore plus forts, car ce genre de situation nous met une bonne baffe. Après, chacun est différent, mais moi, ça m’a donné l'envie de tout donner jusqu'à la dernière goutte de sueur.

Et je ne vais pas lever le pied. Je me bats depuis deux mois maintenant pour être là où je suis, contre des bateaux plus puissants que le mien, donc je ne vais pas laisser tomber comme ça. Je compte bien reprendre ma place ! Naviguer proprement, en sécu, mais avancer du mieux que je peux.

Le Horn est à environ 8 jours de mer, si les conditions sont bonnes. Ça semble être du petit temps sur un bon bout du chemin, ce qui m'aide bien. Je vais pouvoir exprimer mon côté lacustre, aller me battre pour reprendre Fabrice.

On a tout donné depuis un an dans ce projet, pour redonner vie à ma légendaire Bigoudène, ce n'est pas ce genre d'avarie qui m’arrêtera. Et encore moins qui me découragera. À chaque classement je reprends des milles sur Fabrice et Cali, je ne vous cache pas que j'en suis très fier. On revient de loin. Mais mon petit bateau et moi, on a encore plus d'un tour dans notre sac.

2 000 milles, c'est en gros ce qu’il nous reste pour atteindre le Horn. Ce n'est rien ! Et moins de 10 000 pour franchir la ligne aux Sables. Ça donne la patate de dire ça.

Mais avant ça, plongeon dans le froid ! On ne fait que descendre dans le Sud jusqu'au Horn, avant de pouvoir enlever couche apres couche avec un cap au Nord. Je ne vais pas me plaindre, depuis trois jours c'est grand soleil et il fait même chaud. Je suis en sous-couches en ce moment. Je n'aurais pas eu si froid jusque là, mais il reste le Horn par 56°Sud... Ça va piquer !

Je profite de ce beau temps pour me reposer un maximum, je me fais des grosses platrées de pates, avec du parmesan, sauce tomate, c'est un régal. Le souci, c'est quand tu oublies de nettoyer le réchaud le matin, avant de te faire un café. Le café au goût de pâtes, ce n'est pas génial au réveil... Mais on s'habitue à tout ici !

Facebook Slider
Facebook Slider