ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 59 - Message de la nuit

J'ai dormi du mieux que j'ai pu ce matin, dans un bateau humide à 300%, c'était génial ! Je n’ai pas avancé d'un poil, c'était horrible… Je n'ose pas prendre la position des autres, je suis dégoûté… Maintenant je répare de façon définitive et je fais ma route, retour à la maison.

Il faut que je digère ça quand même. Ce qui est sûr ce que maintenant je sais vraiment que je suis un bon marin. J'ai retrouvé le Alan qui montait au mât de son Mini dans 40 noeuds et à celui d’Exocet en pleine tempête sur le Rhum. Alors je savais que je pouvais le faire, que j’en étais capable. 

Là, je souffre, j'ai mal partout, mal à un doigt, au dos, aux jambes… Normalement la météo va se calmer assez rapidement, je vais pouvoir bricoler.

Je suis au fond du trou en fait… Mais merde ! Bon, il va falloir envoyer du lourd et ne rien lâcher, ce n'est pas le moment de baisser les bras, au contraire. J'en chie, mais je peux le faire, je peux boucler ce tour sans escale. Je suis sec, j'ai vraiment mal partout, j'ai tout donné dans la nuit de lundi, tout ce que j'avais en moi. Et après autant de temps en mer, sans prépa physique, bah faites les mecs, venez qu'on rigole !Je n'arrive pas à croire ce que j’ai réussi à faire…

Maintenant, y a encore peut-être moyen de remonter Fabrice… Si j'arrive à faire ça, purée, là si je ne suis pas le marin suisse de l'année ! On est pas des blaireaux dans le Team Bigou, on assure grave, mais grave ! Et ici, c'est à moi de jouer. Alors je vais me reprendre et donner ce qu'il me reste. Faire ça dans les 50°Sud, si c'est pas se surpasser ça ! Je ne sais même pas comment j'ai fait, mais j'ai réussi. Je n'avais qu'une vague, qu’une seule chance de pouvoir l'emboîter. Et ça a marché ! 

Je vais empanner et envoyer la GV je crois, avec 2 ris pour commencer. Il faut juste que j'arrive à démêler le bordel qu’il y a entre les drisses et le reste du lazy bag. J'ai sauvé deux, trois fringues, ça va le faire. J'ai rincé le reste et ça sèche dehors. Le Jetboil fonctionne, je l'ai bien rincé et séché avec le chauffage, le brûleur est ok. Le PC n°2 fonctionne,  le n°1 a de l'eau qui en sort… 

Les sacs de nourriture sont propres et séchés, je n'ai perdu que ce qui n'était pas en emballage plastique. La poubelle s’est éventrée das le bateau, la totale… Mais le pilote tourne, j'ai les infos, j'ai les deux verins qui fonctionnent. C'est du solide quand même ! J'attends juste encore quelques heures sur ce bod pour envoyer ce qu'il faut.

Je suis un warrior en fait, j'avoue que cette fois j'assure. J'assure grave, personne ne m'enlèvera ça. Je n'ai pas filmé la remise en place du safran, j’aurais dû mais je pensais à autre chose… Par contre j’ai un film une fois le safran remis, avec les conditions qu'il y a, c'est impressionnant.

Maintenant, je dois finir cette réparation proprement et boucler ce tour du monde. Ce n'est pas fini c'est sûr, il va falloir y aller. J'ai une moitié du chemin sur l'autre bord, donc si on réfléchit bien, en gros, il faut que ça tienne 5 000 milles. Ça va le faire, il faut que ça le fasse !

Pour vous, pour tous, pour ceux qui ne m'ont jamais lâché, qui ont cru en moi, je dois fnir. Je peux le faire, je peux y arriver ! Je VAIS y arriver  !

Rich ne passera pas devant moi au Horn et je vais coller aux fesses de Fabrice à un point qu'il va craquer ! Demain je reprends la route, j'aurai tout remis en ordre.

Facebook Slider
Facebook Slider