ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 57 - Message du bord

Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

Jacques Brel, je pense qu'il a tout dit, ses paroles ne sont que vérité et magie. Aujourd’hui, c'est le premier jour de cette nouvelle année. C'est une nouvelle page qui s'écrit, une aventure qui continue. Jacques Brel m’a fait beaucoup rêver et ouvrir les yeux sur ce monde. Un grand homme comme il n'en existe plus beaucoup.

Ici le vent commence à monter petit à petit, le ciel a changé de couleur pour laisser place à cette belle dépression qui arrive. Malheureusement, je n'ai pas pu monter aussi Nord que les autres, je vais donc prendre pas mal de vent et surtout dans un angle très mauvais. Ce qui au fond ne me rassure pas.

Peut-être la dernière dep' avant le Horn ? Il faut bien la prendre et surtout ne pas casser, tout en gardant une vitesse correcte pour passer la mer.

La Fabrique est prête, j’en ai fait le tour quatre fois aujourd'hui, chaque recoin a été verifié. Il ne reste plus qu'à attendre. Je vais profiter encore de cette nuit pour bien me reposer car demain et les trois jours à venir, ça ne va pas être de tout repos ! Avec de la chance je peux rattraper mon retard de ces derniers jours sur Cali et Éric. Tout dépendra de l’évolution de la dépression.

Pour cette première journée de 2017, pas grand chose à raconter, c’est simplement magique de fêter cette journée seul et perdu dans l'océan, c'est un moment assez incroyable qu'il faut vivre pleinement. Je n'ai pas vraiment fait de bonne bouffe ou bu de champagne au final. J’ai simplement regardé l'océan, pris du temps pour moi, pour réaliser ce que je suis en train de faire.

Même si chaque jour je repousse la date du passage du Horn à cause de la météo, je sais que je ne vivrai surement pas ça deux fois dans ma vie. Et je profite de chaque instant, même si il y a des journées plus difficiles que d'autres !

Ce soir, c’est Pasta Party à bord avec une goutte de rhum de Tahiti offert par Solen de la capitainerie de Lorient et son papa, pour fêter le premier jour de cette belle nouvelle année.

Facebook Slider
Facebook Slider