ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 52 - Message du bord

Pour vous le jour se lève mais pour moi la nuit arrive : on doit bientôt avoir nos 12 heures de décalage, ça y est ! La nuit dernière a été assez bonne, j'ai laissé La Fabrique aller toute seule et j’en ai profité pour reprendre des forces à l’intérieur. Pour une fois, le vent est resté assez stable mais ça n’a pas duré : toute la journée je me suis demandé quoi mettre comme voile ! La mer est croisée et très courte, ce qui n'est vraiment pas agréable. Et j’ai surtout beaucoup de grains. Je suis dans 22/25 noeuds de vent qui adonne petit à petit. Je vais rester encore tranquille cette nuit, j'ai pris 5 grains aujourd'hui et je n'ai pas envie de me faire surprendre dans le noir. Surtout que l’air est glacial. Car oui, nous voilà en-dessous des 50°Sud et je peux vous dire que ça caille !!

Je sais qu’Éric a repris de la vitesse, je l'avais à l'AIS il n'y a pas si longtemps mais je sais qu'il veut garder la traine de le dépression le plus longtemps possible. J'essaye de suivre, mais ma Bigoudène n'aime pas le vent de travers donc je n'ai rien pu faire.

Pour le moment, j'ai l'impression que dans la flotte, ça se tient, on est tous pareils, avec l’envie d'arriver assez vite au Horn. Mais les routages ne sont pas forcément très positifs pour la suite, la météo ne va pas être simple et j'ai bien l'impression que le Pacifique sera pire que l’Indien à gérer. Si tout se passe bien, le 30 je passerai le 180°E (l’antiméridien). Je vais essayer d'aller au plus vite et reprendre ce que jai perdu ces derniers jours. Éric commence à bien connaître son bateau et ça devient de plus en plus dur de le suivre. Enda a sa grand voile bloquée à 1 ris, donc quand le vent tombe ou qu’il est très fort, c'est bon, je le tiens, mais là il va comme un avion… Rich y va plus tranquillement, ce n'est pas plus mal, je vais essayer de jouer quand il faut et calmer le jeu quand il faut.

Le bateau va bien, moi j'ai des phases où je suis complètement perdu. Je ne sais plus quel jour on est, le matin ou le soir... J'ai regardé il y a une heure si je n'avais pas déjà écrit ce texte par exemple ! Je suis un peu à l’Ouest. Je pense que j'ai besoin de me reprendre, de prendre soin de moi. Je gère bien le bateau, aucun souci là-dessus, mais voilà, ça commence à faire un moment que j'ai quitté la terre et mes proches et dans ma tête, je me dis que j'ai déjà fait beaucoup... Et en même temps, il me reste encore la moitié ! Je ne pense pas être le seul dans ce cas, mais beaucoup ne l’avouent peut-être pas...

Me voilà bientôt sous la Nouvelle-Zélande, sûrement mon endroit préféré au monde. Mais il me reste encore beaucoup à voir ! Et au final, cette aventure me donne envie d'aller découvrir tous les endroits desquels je passe si proche sans m'y arrêter.

Facebook Slider
Facebook Slider