ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 48 - Message du bord

La nuit a été bonne, pas mal de sommeil et je suis donc assez en forme ! Même si la fatigue est toujours un peu présente. Ce matin, j’ai droit à la brume comme petit déjeuner ! Pas la peine de chercher la tête de mât, on ne la voit pas ! Pour la mer comme pour le ciel, c'est le gris au menu d'aujourd'hui. Même si le soleil a l’air d'avoir envie de passer au travers.

Finalement, je n'ai pas craqué cette nuit, je suis resté sagement sous gennak et je pense avoir bien fait. Par contre, dès le lever du jour, comme prévu, j'ai envoyé « Pepette » le spi. Et oui, je commence à donner un nom à tout à bord, ça me permet d'être moins seul ! Et de pouvoir communiquer plus facilement, c’est mieux que de dire : « Hey toi le spi, tu gonfles ou bien ?! » Là, c'est « Allez Pepette ! » Elle a quand même de la peine à tenir, je la dégonfle assez souvent, mais ça me permet de faire une route beaucoup plus directe. Mais depuis quelques jours, Éric va encore et toujours plus vite... Là je ne sais plus quoi faire, j'ai tout dessus ! Ça me permet de sécher les voiles qui sont imbibées de flotte mais il va peut-être falloir se résoudre à perdre une place…

Peu importe, mon chiffre du jour c’est 83 : la distance qui me sépare de La Mie Câline ! Au final, regarder derrière et voir Éric arriver comme un malade, ce n'est pas ce qui compte. Je dois regarder devant. Et devant, ça se rapproche petit à petit. J'espère que mon option jusqu'en Nouvelle-Zélande va payer, on le saura assez vite, mais pour le moment je dois continuer à avancer au maximum dans le petit temps et croiser les doigts pour garder ma place.

Ici on ne se croirait plus dans le Sud, il fait presque bon et la mer commence à redevenir « normale » avec un vent presque stable. J'ai entre 14 et 20 noeuds de vent arrière. Je pourrais aller plus vite en remontant vers la Tasmanie mais ça ne durera pas, le vent tombe assez vite dans le Nord et je ne veux pas me faire avoir. Pour le moment, on est 12èmes, je crois que je n'arrive toujours pas à y croire ! Et à 400 milles du Pacifique et donc de la moitié de parcours. Je suis dans les temps que j'avais prévus, maintenant reste à voir ce que nous réserve le Pacifique  !

Ça fait quand même un mois qu’on navigue en mode match race dans notre petit groupe et c'est absolument génial. On se pousse les uns les autres et au final, ensemble, on remonte petit à petit le reste de la flotte. Je trouve super intéressant de naviguer aussi proches, dans des conditions semblables, ça permet de voir vraiment les différences de bateaux et de marins. Je sais très bien que je n'ai aucune chance en vitesse pure, alors je me dois de prendre des options et donc des risques, quitte à perdre encore plus et à ne jamais pouvoir les rattraper ensuite. Mais c’est un jeu, un long jeu, mais un jeu .

Je commence à bien ressentir la solitude, je regarde souvent ma boîte mail ou le téléphone, savoir si j'ai reçu un message, un coup de téléphone. 47 ou 48 jours de mer déjà, ça commence à causer quand même ! Mais le moral est toujours là et sera encore meilleur une fois l'Indien derrière !

J'ai déjà lu trois fois le Média Guide du Vendée Globe. Le bon côté, c’est que je connais tous les concurrents sur le bout des doigts. Ça me rappelle le Mini où on lisait le Bloc Marine pendant la Transat... Sauf que le Bloc Marine, il fait au moins 300 pages.  Là, j’en ai 50… Ça m’apprendra, la prochaine fois, j’emmènerai des bouquins !

Mais ça va, je n'en suis pas au stade de devenir fou. Loin de là. Même si j'avoue que bien que je ne suis pas très Noël, une bonne bouffe au chaud, avec une bonne bouteille, la famille, les amis, un plat qui mijote dans le four, avec plein de sauce, se coucher dans les bras de celle que tu aimes et le matin un vrais petit dej', une douche chaude, des habits qui sentent la lessive et non le vieil albatros… Bref….

Je fais au plus vite. Je suis toilé au max, je glisse sur la route, le vent revient dans 2 ou 3 jours. Ça va le faire et après on va se chercher le Horn...

Facebook Slider
Facebook Slider