ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

JOUR 37 - Message du bord

Bonjour la terre, ici le petit Suisse. Une nuit assez agréable après une fin de journée sportive hier, avec encore un passage de front. Il était annoncé à 24 noeuds de vent, ça semblait juste, mais finalement j'ai pris un bon 40. Par sécu, j'ai réduit dans le vent fort, mais ça aurait aussi très bien tenu avec 2 ris et le J2. Je marchais fort mais le truc c’est que je ne savais pas si le vent allait encore monter. J'ai donc décidé de passer la nuit à la cool, quitte à laisser de l'avance à Enda. Éric a prit une route au Nord et Rich est bientôt 100 milles derrière. 

Enda n'est pas le genre de marin à réduire facilement, surtout quand on lui colle aux baskets. Je l'ai eu hier à la VHF, c'était très sympa, mais je sais que derrière ses questions, il cherche à savoir comment je suis, dans quel état d'esprit, pour attaquer ! Il semble que nos options soient les mêmes, encore du Sud jusqu'à tôt demain matin, pour ensuite aller chercher une belle dépression qui ne va pas être simple à passer : on attend des vents forts avec une grosse mer. Mais plus d'autre choix que de passer à travers vu où nous sommes maintenant. Il y a peut être un coup à jouer là-dedans, il faut juste espérer ne pas avoir de casse ! Alors je vais bien préparer le bateau et me reposer un maximum avant qu'elle n’arrive, entre le 14 et le 15.

Pour le moment, tout va bien à bord, je n'ai aucun souci. Par contre je ressens le manque de confort, celui d'une bonne douche chaude et d’un bon lit. Je suis devenu un vrais gitan des mers, ça, c'est sûr. Hier, pour la première fois, j'ai allumé le chauffage. J'ai pris le tuyau volant à travers le bateau, pour essayer de sécher un maximum l'intérieur, et surtout me le caler sous le duvet. Et ça, c'était un grand moment de bonheur.

Aujourd'hui il est prévu un peu de vent, de quoi nous faire avancer correctement. Mais pour le moment, j’ai 7 noeuds de moins que ce qui est prévu... Ah la la, vive la météo !

Dans tous les cas, l’Irish - même si là il est devant - je vais l'attaquer, il ne perd rien pour attendre. Nan mais il est chiant, c'est un jour sur deux. Il arrive à descendre plus et à aller plu vite, c'est déprimant ! Mais… Mais ce n'est pas fini l’histoire ! Ça doit être la cinquième fois que l'on se passe l'un devant l’autre depuis qu’on est dans le Sud. La question, c’est : qui va aller le plus Sud de l'équipe pour prendre le plus cher dans la dépression ? J'imagine que vous avez déjà une petite idée...

Ici c'est l'heure du café, alors je vous souhaite une super belle journée à tous. Et un grand merci pour vos messages de soutien, vous êtes au top, vraiment. Ça me donne la force et le courage de faire cette incroyable aventure. Et comme malheureusement je ne peux pas envoyer de vidéos depuis un bon moment maintenant, j'essaye de vous faire vivre tout ça comme je peux, à travers les quelques lignes et photos que j'envoie tous les jours.

Facebook Slider
Facebook Slider