ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

Le bateau vu par… Bernard Stamm

La Fabrique, Superbigou de son nom de baptême, est un bateau historique de la Classe IMOCA 60. Aux mains de Bernard Stamm pendant près de 10 ans, il affiche aujourd’hui l’un des palmarès les plus fournis et le plus grand nombre de milles au compteur parmi les 29 bolides amarrés au pontons des Sables d’Olonne (400 000 milles). Connu de tous, il a laissé bon nombre de souvenirs chez certains des plus grands marins et techniciens de course au large. 

 

Parmi eux, Bernard Stamm, qui a tout gagné ou presque à sa barre.


Bernard, quelle est votre histoire avec Superbigou ?

La création et la construction de Superbigou ont été une expérience humaine extraordinaire. Ensuite, il m’a permis de participer au circuit IMOCA pendant 7 ans et notamment de gagner deux tours du monde en solitaire (Velux 5 Oceans et Around Alone). J’ai évidemment une relation particulière avec ce bateau, chargée de souvenirs intenses.

Le voir aujourd’hui sur la ligne de départ du Vendée Globe, 16 ans plus tard, ça fait quoi ? 

Superbigou a été mis pour la première fois à l’eau pour le Vendée Globe 2000. Nous l’avons conçu entre 1998 et 1999. La jauge IMOCA était en cours d’écriture. Nous avions cherché à optimiser la conception en anticipant ce que pouvait devenir la jauge. Celle-ci n’a cessé d’évoluer. Depuis, les techniques de conception, de construction et de mise en œuvre des matériaux ont constamment évolué. C’est naturellement que les bateaux des générations qui ont suivi celle de Superbigou n’ont cessé de s’améliorer, pour finalement donner les machines d’aujourd’hui. Les derniers bateaux sont beaucoup plus rapides, forcément. Mais, bien préparé pour essayer d’éviter autant que possible les ennuis techniques, il peut sans problème boucler son quatrième tour du monde. Alan et Superbigou ont tous les deux une histoire particulière. Je suis très content qu’ils écrivent la suite ensemble.

Photo Stamm

Facebook Slider
Facebook Slider