ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

Casse-tête météorologique

Calero Solo Transat

Mercredi 20 avril - 8ème jour de course

Quand la météo fait des siennes et que les fichiers de prévision ne se vérifient pas une fois au milieu de l'océan, la surprise n'est pas toujours celle que l'on espère. C'est ce qui est en train d'arriver à Alan Roura, en course de qualification au Vendée Globe à bord de son IMOCA 60 Un Vendée pour la Suisse. Si sa trajectoire des derniers jours est pour le moins étonnante, c'est en effet parce que l'option pour une route Sud du jeune skipper suisse n'a pas donné les résultats escomptés. 

Parti chercher les alizés afin d’éviter une forte dépression présente sur la route dite « directe » et ainsi, ne pas faire souffrir son bateau plus qu’il ne serait nécessaire en le confrontant à de violents vents de face, Alan s’est fait piéger dans plusieurs jours de pétrole. Alors qu'il s’attendait à deux jours de « molle » en début de course, ce sont finalement cinq (très) longues journées que le Genevois a passé sans la moindre brise digne de ce nom. Dimanche, fatigué par le bruit des voiles qui claquent et par une veille quasi-continue en raison d’un important trafic de cargos et de la présence de nombreuses plateformes pétrolières, il touchait enfin quelques vents portants qui le relançaient dans la course malgré une distance au but supérieure à celles de ses deux concurrents. Mais la route la plus courte n’étant pas toujours la plus rapide, l’espoir de rattraper No Way Back et Face Ocean refaisait surface, par l’intermédiaire d’une porte en milieu de parcours, grâce à laquelle Alan pouvait rejoindre dès jeudi l’Atlantique Nord, poussé par les fameux alizés. Nouvelle déception, la porte s’étant peu à peu refermée, forçant le skipper d’Un Vendée pour la Suisse à empanner par trois fois depuis mardi soir et à allonger encore un peu sa course. L’idée désormais est de rester dans le Sud jusqu’à l’Arc antillais avant de remonter vers Newport le long des côtes nord-américaines. Du coup de la cuillère, nous voilà au stade de la cuillère à soupe, voire bientôt de la louche ! Mais patience est mère de vertu, l’objectif final restant de franchir la ligne d’arrivée et de valider une qualification au Vendée Globe qui aura eu le mérite de mettre les nerfs de notre p’tit Suisse à rude épreuve et d’engranger les milles dans toutes les configurations possibles. 

 

Position 20042016

 Position d'Alan Roura le 20 avril à 17h (TU+1)

> La cartographie

Facebook Slider
Facebook Slider