ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

J+5 : Message de la terre

Bonjour à tous, je ne pouvais pas en rester là… Mon carnet de bord passe à un carnet de terre. Après avoir retrouvé le confort de la vie à terre, un bon jus de fruit frais, un café italien, une douche et réussir à dormir plus d'une heure d'affilée ! J'ai aussi téléchargé l'application Vendée Globe, ça fait drôle de voir les petits bateaux sur la carte, de se dire que le mien est amarré, à bon port, depuis lundi.

Lire la suite...

JOUR 106 - Message du bord

Une arrivée « lacustre » !  Le vent n'est décidément pas avec moi depuis le départ de ce tour du monde, une bataille, jour et nuit, depuis plus de 100 jours maintenant. Ce Golf de Gascogne en mode grand calme est la fin la pus dure que l'on aurait pu imaginer, mais c'est sûrement qu'elle était prévue comme ça pour moi et mon petit bateau. Une part de bonne étoile pour cette dernière ligne droite de 130 milles, qui me fera arriver de matin pour le café !

Lire la suite...

JOUR 104 - Message du bord

Ce matin, c’était larmes de joie… La joie de voir le jour se lever sur l'une des dernières journées de mon Vendée Globe 2016/17.  Le ciel est gris et la nuit n'a pas été comme prévue… Pas de repos mais une partie de PacMan, à chercher quel chemin prendre pour ne pas se faire manger par un cargo ! Je n'ai pas réussi à les compter, il y en avait trop… Beaucoup trop avec autant de fatigue dans un aussi petit bout d'homme !

Lire la suite...

JOUR 103 - Message du bord

Si cette nuit je n'ai pas lâché les 15 noeuds de vitesse, il y a plusieurs raisons. Déjà, un vent assez cool, mais quand même un truc de punk ! Avec un peu de Fast and Furious aussi,vec a trois cargos qui ont voulu faire la course avec moi, chacun à 5 miles de chaque coté et, bien sûr, un en plein dans mon tableau arrière. Leur vitesse, qui est pour le coup insensible au vent, ne m’a pas vraiment aidé. Il leur aura quand même fallu 12h aux trois pépères pour me passer devant ! Bref, une nuit encore loin des rêves de licorne dans un champs de fleurs, en train de chanter du Cloclo, mais bon, au moins, j'ai quand même bien avancé.

Lire la suite...

JOUR 102 - Message du bord

Est-ce le lever du soleil qui rend le ciel si beau ? Avec la lumière qui vient se refléter sur le pont de ma belle Bigoudène, qui depuis quelque heures fait route directe… Route vers l'arrivée, la récompense, plus qu’à 1 000 milles devant son étrave !

Lire la suite...

JOUR 101 - Message du bord

Mais quelle nuit !!!! Moi qui voulais voir une terre européenne, j'ai eu le temps de la voir, Flores aux Açores ! Collé pendant des heures, à ne plus savoir quoi faire pour avancer. Une sacré grosse houle qui ne laissait même pas une chance aux voiles te tenir gonflées et le pilote qui n'arrivait pas à tenir son cap… Le fichier (ou "fait-chier") météo de 12h annonçait 10/15 noeuds de travers, un 10/15 noeuds, mais celui du soir - que je n'avais pas pris - annonçait lui une grosse zone de molle. Je suis allé en plein dedans. Comment en l’espace de six heures les fichiers peuvent-ils autant autant ?

Lire la suite...

JOUR 100 - Message du bord

Ce matin le ciel est gris, avec plein de grains à l'horizon. Un petit vent me porte vers les Açores, ce soir ce sera la première terre que je verrai depuis le cap Horn : l’île de Flores. Ce sera aussi la dernière terre avant de voir la côte française. Au dernier routage, je serai là samedi midi… Ou dimanche matin. J’ai juste envie d’arriver de jour en fait, de profiter de ce moment, de voir le jour se lever sur la ligne. 1 400 milles ce matin avant la maison.

Lire la suite...

JOUR 99 - Message du bord

Nouvelle nuit collé à la piste, La Fabrique ne m'a encore une fois pas vraiment laissé d’autre choix que d'oublier le repos pour rester dehors, entre le pilote qui n'arrivait plus à tenir le bateau sur sa route et les changements d'angle de vent assez incroyables…

Lire la suite...

JOUR 98 - Message du bord

Après la triste nouvelle de Conrad, j'avoue être perturbé sur cette fin de course : le gros temps, la météo instable, les mecs derrière qui vont revenir sur moi… J’ai connu des meilleurs moments ! Je ne suis pas serein, loin de là. Toutes les routes mènent aux Sables, oui, mais laquelle choisir ?

Lire la suite...

JOUR 97 - Message du bord

800 miles des Açores... Ça fait drôle de dire ça, je crois que je rêve de ce moment là depuis le départ ! Revenir jusqu'en terres européennes… En route directe, je suis à 550 milles des eaux portugaises, une sacrée victoire de se retrouver là, de penser que dans pas si longtemps c'est l'eau froide des côtes françaises qui glisseront sous la coque de La Fabrique.

Lire la suite...

JOUR 96 - Message du soir

L’écriture a beau rester ma seule manière de vous faire partager mon aventure, elle est aussi ma manière à moi de vider mon esprit, de réaliser ce que je suis en train d'accomplir. Je n'ai malheureusement pas pu écrire autant que je le voulais pendant ce tour du monde, pas toujours d’inspiration et, surtout, des conditions de navigation souvent trop désagréables pour prendre la plume, ou même le clavier, afin de poser des mots sur ce qu'il se passe. Certains diront que ce n’est du jamais vu en conditions météo, d'autres que c'est normal sur un tour du monde. Moi, c'est mon premier Vendée, je reste en apprentissage de ce que je vis, de ce que je vois. J'apprends chaque jour, j'encaisse, je pleure, je ris et surtout, je rêve !

Lire la suite...

Facebook Slider
Facebook Slider