ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

Actualités

ALAN ROURA : « J'AI UNE REVANCHE A PRENDRE »

C’est à tête reposée et depuis le chalet familial en Suisse qu’Alan a pris le temps de revenir sur la semaine écoulée depuis son abandon sur la Route du Rhum Destination Guadeloupe. Un entretien plein de sincérité avec un marin résolument tourné vers l’avenir.

 

Qu’as-tu fais depuis ta décision mercredi matin de ne pas repartir de Roscoff ?

« J’ai d’abord remercié toutes celles et ceux qui m’avaient aidé dans cette entreprise. Je suis passé à Lorient, puis Paris et me voici désormais en Suisse. J’ai beaucoup de chance car je suis très entouré. J’ai reçu plus de 800 messages de soutien. Ces moments entre amis ou en famille me permettent aussi d’oublier, pendant 5 minutes, 10 minutes, ce qui s’est passé et d’aller de l’avant. »

Pourquoi avoir choisi de venir si rapidement en Suisse ?

« J’ai souhaité venir en Suisse pour me ressourcer. C’est là où j’ai passé mon enfance, où j’ai débuté la voile. C’est aussi très éloigné des bateaux donc c’est un grand bol d’air. On a voulu aller skier mais il n’y avait pas encore assez de neige. Pour autant, je ne me coupe pas du bateau et je suis avec beaucoup d’attention la Route du Rhum. En particulier celle de Vincent Lantin, Rodolphe Sepho, Juliette Petres, Yves Le Blevec, Jc Caso et Luc Coquelin. »

Justement la course, tu y penses beaucoup?

« Oui, forcément et c’est dur de voir les autres continuer et pas moi. Pour autant, je ne regrette pas ma décision. Ce n’était pas ma course, il ne fallait pas forcer. Quand je vois Peyron qui a fait sept Rhums, en a fini trois, pour enfin en gagner un… Le lendemain de mon abandon, il y a eu un marin hélitreuillé, puis un autre. J’ai la certitude que si j’avais continué, j’aurais tout cassé et ce n’est pas ma philosophie. Exocet est à Roscoff et je le retrouverai prochainement pour le ramener à Lorient. Avant cela, je vais aller en Guadeloupe avec mes partenaires. Ils m’offrent le billet pour que j’aille accueillir les copains et nous parlerons également de la suite de l’aventure. »

La suite, tu la vois comment ?

« Je réfléchis déjà aux projets futurs. Cet abandon ne remet en rien en cause ma volonté de participer au Vendée Globe 2016. C’est une claque certes, mais une claque comme un réveil et un avertissement. Clairement l’hiver prochain, j’ai une revanche à prendre sur une transat donc j’espère bien être au départ de la Transat Jacques Vabre. »

Regardez la Vidéo du départ

Newsletter

Photo de la semaine

Alan, 12ème du Vendée Globe

FinishRoura 12th-300 

Facebook Slider
Facebook Slider