ALAN ROURA

Vendée Globe 2020

Actualités

Quel avenir pour Superbigou ?

Le mât au chaud dans un hangar en vue d’être réparé et Superbigou fidèle à son poste aux pontons de la Base des sous-marins de Lorient, le 60 pieds construit par Bernard Stamm au début des années 2000 sera bientôt restitué à son propriétaire. Et attend patiemment son prochain skipper.

La question est sur toutes les lèvres : que va devenir la fidèle Bigoudène d’Alan Roura ? Car si le navigateur suisse et son équipe ont entamé le chantier de remise à l’eau de leur nouvel IMOCA, La Fabrique II, la monture du benjamin du dernier Vendée Globe n’en reste pour autant à l’abandon. De retour à son port d’attache depuis le mois de mars, Superbigou a subi depuis un contrôle général de son état en attendant le retour de son skipper, occupé à un nouveau marathon, à terre cette fois, en Suisse. Démâté hier, mercredi 5 juillet, le monocoque rouge et blanc aura droit à une remise en état avant d’être restitué à son propriétaire Jaanus Tamme. Au programme, déquillage pour vérifier le système interne, réparation du trou dans le mât, révision du moteur, contrôle intégral de la structure et rafraîchissement de la fixation du safran tribord, réparée en mer par Alan après sa collision avec un OFNI.

Fin prêt pour la Transat Jacques Vabre

Et après ? Disponible à la vente et à la location, Superbigou sera, dès cet été, prêt à reprendre le large. Avec, pourquoi pas, une participation à la Transat Jacques Vabre qui partira du Havre, direction le Brésil, le 5 novembre prochain. Car c’est que les prétendants à sa barre ne manquent pas. « Superbigou est le bateau idéal pour un jeune qui souhaiterait se lancer, comme j’ai pu le faire lors du Vendée Globe, explique Alan. Il est en super état après son tour du monde, très peu de choses sont à changer en vue d’une prochaine course, c’est un réel atout pour en prendre le départ à moindre coût. »  Soucieux de voir le bateau qui lui a permis de faire ses premiers pas dans la cour des (très) grands continuer de naviguer, le Genevois met en effet tout en oeuvre pour que sa « belle Bigoudène » devienne le support de jeunes skippers recherchant un tremplin. Avec l’idée de les voir se succéder, toutes les une ou deux saisons, afin de lisser les coûts de maintien en état pour chaque course majeure, Alan et Jaanus Tamme travaillent conjointement à trouver ce coureur, symbole de la relève. Avec plusieurs pistes sérieuses ? Suspense… Ce qui est sûr, c’est que Superbigou n’est définitivement pas prêt pour le musée !

Newsletter

Photo de la semaine

Alan, 12ème du Vendée Globe

FinishRoura 12th-300 

Facebook Slider
Facebook Slider